Organisation sociale chez les Bamougong : que sont devenus les clans d’âges ?

0
124

Le groupement Bamougong est en train de perdre l’une des grandes valeurs qui jadis faisait sa particularité. Chaque fils ou fille d’un certain âge se reconnaissait à travers son  manzòŋ (clan d’âge). Du coté de Bamessingué, Babadjou, Baleng et autres, cette réalité est encore très vivante.

      Le clan d’âge est constitué d’un ensemble de fils et filles, nés pratiquement à la même période et organisés en association avec des objectifs bien déterminés. Dans nos sociétés d’autrefois, chaque clan d’âge devait marquer son temps par ses conquêtes et par des victoires données au village. Les clans d’âges nouveaux, par soucis d’harmonie, devaient se soumettre aux anciennes générations à qui ils étaient appelés à recevoir conseils et orientations. Chaque manzòŋ portait un nom précis. Dans le village, il était connu que tel clan d’âge a fait telle réalisation. Cela se faisait à la limite de leurs capacités physiques, morales et financières.

      Nous déplorons amèrement la disparition lente de cette excellente tradition qui ne se limite aujourd’hui qu’au rituel suivant l’enterrement d’un ami d’âge. Le regret est d’autant plus profond que le rituel aurait de nos jours pour principal avantage la nourriture et quelques objets de sacrifice exigés à la suite de ce rituel funèbre telle que la poule.

      Aujourd’hui, les défis sont plus que jamais énormes. Ressuscitons les manzòŋ ; redonnons-leur leur beauté, leurs plaisirs et surtout leurs finalités d’antan ; reconstituons-les   non seulement pour les besoins de la traçabilité culturelle, de maitrise de l’histoire de notre groupement, mais bien plus pour un développement sûr de Bamougong la belle ; ainsi, nous n’arriverons pas au rendez-vous de la civilisation universelle les mains vides.

Mme Kanouo Epse Tchoffo Eudoxie

SHARE
Next articleC’est quoi le La’akem ?

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY